hier_tu_comprendrasRésumé

 

A quel moment exactement commence cette histoire ? Peut-être le jour où Miranda débute son récit, dans cette longue lettre qu’elle destine à un « tu » inconnu et énigmatique. A moins que ce ne soit au moment où Sal, l’ami de toujours, cesse brutalement de lui adresser la parole, le jour où, sans aucune raison apparente, Marcus le frappe sur le chemin de l'école. Des évènements mystérieux s’enchaînent alors : la clé de l'appartement disparaît, et Miranda découvre un premier message, déposé dans son sac : "je viens pour sauver la vie de ton ami, et aussi la mienne."

 

Mon avis

 

Résumer ce roman n’est pas chose aisée, car Hier tu comprendras est un véritable puzzle, bien plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Des tas d’indices s'égrènent tout au long du roman, mais l’œil glisse sur eux sans les voir, et ils ne prendront véritablement un sens que dans les derniers chapitres du roman. On referme alors le livre en se disant : « mais oui bien sûr ! » et en ne rêvant que d’une chose, le reprendre depuis le début pour redécouvrir tout ce qui était sous notre nez depuis le début et que nous avions manqué. Je l’aurais sans doute fait si ma PAL n'était pas aussi impressionnante en ce moment !

 

Par ailleurs, même si c’est un roman qui possède toute une dimension fantastique (dont je ne révèlerai rien pour ne pas gâcher l’effet de surprise) c’est peut-être avant tout un vrai roman de vie. Le portrait de Miranda est plein de fraîcheur et de simplicité, tout en petites touches, construit avec sensibilité et humour. Dans ce quartier populaire du New York des années 1979-80, on croisera avec plaisir des personnages tous plus attachants les uns que les autres : la mère de Miranda, qui s’entraîne inlassablement pour la Pyramide des 20 000 dollars, Sal, le meilleur ami perdu, Suzanne et Colin, les compagnons experts en confection de sandwichs, et l’homme qui rit, couché au coin de la rue, sous la boite aux lettres… Ce roman, qui au départ ne paye pas de mine, se révèle vite prenant et original. Pas un coup de coeur, mais une jolie découverte !

Hier tu comprendras, Rebecca Stead, Nathan jeunesse, janvier 2011, 264 pages.