incarceronRésumé

Incarceron est une prison, une prison vivante, l'oeil toujours ouvert. On y vit, on y meurt, et la prison vous digère, vous transforme. Après les années de Terreur, tous les opposants à la dynastie des Havaarna y ont été définitivement enfermé. Mais plus qu'une prison, c'est un monde. Vaste et scellé à jamais, divisé en unités rivales, villes immenses et forêts de métal. Mais, 150 ans après sa création, la prison est devenue un enfer, peuplé d'hybrides et régi par la violence. Membre des Racailles, un commando de pilleurs dirigé par l'effrayant Jormanric, Finn est persuadé de venir de l'extérieur. Et désire plus que tout y retourner. Une clé en cristal, récupérée dans un butin, va tout changer pour lui. Un moyen de s'évader ? A l'extérieur, le monde a opéré un retour en arrière radical. Soumis au Protocole, le royaume s'est figé dans un XVIIIème siècle factice, où toute forme de progrès est bannie, punie. Claudia, la fille du directeur d'Incarceron y est destinée à épouser le fils de la reine, qu'elle méprise, pour servir les desseins de son père. Mais dans son bureau, où il lui a interdit de pénétrer, elle découvre une clé identique à celle de Finn... Et les deux mondes peuvent communiquer...

« Le délabrement était progressif et il nous fallut du temps pour nous en apercevoir. Un jour que je parlais avec la prison, je l'ai entendue rire quand j'ai quitté la pièce. Un gloussement sourd, moqueur. Ce rire m'a glacé le sang. Une image que j'avais vue sur un ancien manuscrit m'a traversé l'esprit : l'énorme bouche de l'enfer dévorant des pêcheurs. A ce moment-là, j'ai su que nous avions créé un monstre qui nous détruirait tous - Journal du Duc de Calliston »

Mon avis

Depuis quelques temps, je ne lisais plus du tout de fantasy, faute de goût, faute d'envie, faute d'être intriguée, aussi, par un résumé, une histoire. J'avais l'impression (à tort peut-être) en voyant fleurir leur multitude sur nos tables que tous étaient construits sur un moule semblable. Mais j'ai dévoré ce roman en quelques jours. Intelligent, bien écrit, et plein de rebondissements. L'alternance des chapitres, qui nous emmène de l'univers artificiel et passéiste de l'extérieur à celui, glacial et oppressant, de la prison, permet de dévoiler peu à peu les sombres secrets d'Incarcernon. Et ils sont nombreux ! Le monde inventé par l'auteur est d'une richesse assez incroyable, et le périple de nos héros dans les méandres de la prison passionnant de la première à la dernière page. Vivement le tome 2 !